Réseau Quetelet

Enquête : La famille après le mariage des enfants. Etude des relations entre générations. (1974)

Producteurs

  • INED - Institut national d'études démographiques
  • Ministère de la Justice

Financement

  • INED - Institut national d'études démographiques
  • Ministère de la Justice

Diffuseur

  • INED - Institut national d'études démographiques

Résumé

L'objectif essentiel de l'enquête portait sur des questions de comportements : mesurer la fréquence des relations parents-enfants mariés, l'importance des services rendus, les modalités de transmission des biens.

__________


Déjà en 1974, les relations de l'enfant avec ses parents, jusqu'à l'adolescence, avait été largement documentées. Mais, en France, il n'y avait encore eu que très peu d'études sur les rapports maintenus après le mariage des enfants. Quelques rares questions, dans les enquêtes d'opinion, portaient bien sur l'aide des parents, mais le sujet n'avait jamais été traité pour lui-même dans une étude empirique.

La raison principale de cette omission tenait sans doute à l'idée que pour l'essentiel les relations entre générations s'interrompaient, au plus tard, avec le mariage des enfants. A ce seuil s'arrêteraient l'influence et les responsabilités de la famille d'origine ; à ce seuil également finirait la dépendance des enfants.
Des études étrangères avaient pourtant déjà montré à cette époque qu'une certaine forme de solidarité entre les générations devait persister, mais il restait en France à la confirmer et à en préciser les modalités.

Le premier objectif de l'enquête "La famille après le mariage des enfants" a donc été de remettre en cause, pour ce qui était de la société française contemporaine, l'idée d'une disjonction entre le ménage des enfants et les deux familles d'origine. Il fallait d'abord savoir si les rencontres entre générations étaient denses ou rares, spontanées ou d'occasion. Il importait aussi d'en comprendre la véritable portée : était-ce là simple survivance d'une solidarité dépassée ou échanges toujours vivants ? Quel bilan pouvait-on faire des relations antérieures entre parents et enfants, justement lorsque ces rapports cessaient d'être d'adultes à enfants, pour devenir d'adultes à adultes ?

L'enquête avait également d'autres objectifs.
A cette époque, un phénomène de contestation vive et parfois violente commençait à opposer de plus en plus souvent adolescents et jeunes aux valeurs proposées par leurs parents. S'agissait-il là d'un simple effet d'âge, plus spectaculaire que par le passé, mais destiné à s'atténuer sinon à disparaitre avec la maturité et plus précisément avec le mariage ? Ou bien, au-delà des conflits de jeunesse, observait-on une persistance de la rupture entre les générations ?
D'autre part, l'évolution démographique avait transformé le calendrier des rapports familiaux et considérablement prolongé la durée de cette phase du cycle familial où les parents survivent à la maturité de leurs enfants. L'allongement général de la durée de la vie transformait, entre autres, les conditions de la transmission des biens. A ce changement, comment les parents réagissaient-ils ? Dans quelle mesure et par quelles pratiques s'efforçaient-ils de corriger au bénéfice de leurs enfants, les conséquences de cette nouvelle situation démographique ?

Pays

France

Couverture géographique

France métropolitaine

Unité d'analyse

Individu

Univers

2 échantillons ont été retenus :
- d'une part, des enfants mariés au 1/1/1973 de moins de 45 ans et ayant au moins un parent vivant ;
- d'autre part, des parents de moins de 80 ans et ayant au moins un enfant marié.

L'enquête voulait spécialement s'intéresser aux rapports entre enfants mariés et parents dans la phase où les prestations de services se réalisent dans le sens parents-enfants. Ainsi, ont donc été exclus de l'échantillon les parents de 80 ans et plus, et corrélativement, les enfants de 45 ans et plus.

Méthode d'échantillonnage

Enquête par quotas

Il a été construit un sous-échantillon de 1250 enfants mariés de moins de 45 ans. A cette population ont été appliquées les structures par sexe, âge et catégorie socio-professionnelle de la population française mariée, au recensement de 1968.
Il fallait que tous ces enfants aient au moins encore un parent vivant : des travaux antérieurs de H. Le Bras ont permis de corriger, en fonction de cette contrainte, la distribution représentative de la population mariée de moins de 45 ans au recensement de 1968.

Une fois défini l'échantillon des enfants mariés, Le Bras a réalisé des calculs, à partir d'un certain nombre d'hypothèses sur la nuptialité, l'âge à la fécondité, la mortalité de la population française. Cela a permis de distribuer la population des parents suivant le groupe d'âges et le sexe. La répartition, suivant la catégorie socio-professionnelle par sexe, groupe d'âges, et taille des communes, a été celle de la population française au recensement de 1968.

Nombre d'observations

1290

Méthode de collecte

Les parents étaient invités, pour les questions de comportement, à fournir des informations sur un seul de leurs enfants mariés. S'ils avaient plusieurs enfants mariés, celui dont le prénom se rapprochait le plus de la lettre A devait seul être retenu. Ainsi, les parents étaient bien interrogés sur leurs enfants, et les enfants sur leurs parents ; mais les deux sous-populations étaient indépendantes : les enfants mariés n'étaient pas en général fils ou filles des parents enquêtés.
Cependant, les enquêteurs pouvaient interroger parents et enfants mariés dans la même famille. Ainsi, un sous-échantillon a été disponible où les réponses des enfants ont pu être comparées à celles de leurs parents.