Réseau Quetelet

Enquête : Parcours de vie, VIH/Sida et hépatite B chez les migrants originaires d’Afrique subsaharienne vivant en Île-de-France - 2012-2013

Producteur

  • ANRS - Agence Nationale de Recherche sur le Sida et les hépatites

Diffuseur

  • ADISP - Archives de Données Issues de la Statistique Publique

Résumé

Les populations d'Afrique Sub-saharienne constituent en France un des flux d'immigration les plus dynamiques et une des populations les plus exposées à l'infection VIH et à l'hépatite B. L'ajustement des stratégies de santé publique aux besoins propres de cette population nécessite une amélioration des connaissances sur les processus qui accroissent la vulnérabilité face à ces maladies ou au contraire contribuent à un bénéfice optimal de la prévention et des soins.

L'objectif de l'étude Parcours est donc de comprendre chez les migrants subsahariens comment les facteurs sociaux et individuels se conjuguent au cours du parcours de migration et d'installation en France pour augmenter ou diminuer les risques d'infection, favoriser ou réduire l'accès à la prévention et aux soins, optimiser ou limiter l'efficacité de la prise en charge pour les deux maladies VIH et hépatite B.
La recherche a été menée en Ile de France où résident 60% des personnes originaires d'Afrique sub-saharienne. Elle repose sur une enquête observationnelle transversale avec une approche biographique qui permet de restituer l'enchaînement des différents évènements des parcours de vie et de santé et d'éclairer la situation présente (type de prise en charge de la maladie, qualité de vie du patient) à la lumière de l'ensemble des éléments de la trajectoire passée (administratifs, familiaux, socio-économiques, professionnels) et des projets du patient.

Une enquête représentative a été menée entre février 2012 et mai 2013 dans des structures de soin en Ile-de-France, auprès de trois groupes de migrants originaires d'Afrique Sub-Saharienne : un groupe vivant avec le VIH, un groupe de porteurs d'une hépatite B chronique et un groupe n'ayant aucune de ces deux pathologies. Pour chaque groupe, un échantillonnage aléatoire stratifié à deux degrés a été réalisé. Les structures de soin ont été recensées de façon exhaustive et stratifiées proportionnellement à leur nombre de migrants sub-sahariens. Au final, l'enquête a été réalisée dans 24 services hospitaliers de prise en charge du VIH, 20 structures de suivi de l'hépatite B et 30 structures de soin en médecine générale.

Pendant la période d'enquête, tous les consultants de ces structures, nés et de nationalité d'un pays d'Afrique Sub-Saharienne à la naissance, âgés de 18 à 59 ans étaient éligibles lorsqu'ils avaient été diagnostiqués depuis au moins trois mois porteur du VIH (pour le groupe VIH) ou d'une hépatite B chronique (pour le groupe hépatite B) et lorsqu'ils étaient indemnes de ces deux pathologies pour le groupe Médecine Générale. Tous les consultants éligibles étaient sollicités par leur médecin pour participer à l'enquête qui recueillait leur consentement signé lorsqu'ils acceptaient de participer.
Au total, 1 829 consultants éligibles dans les services VIH, 1169 dans les structures hépatite B et 1184 en médecine générale ont été recensés, parmi lesquels respectivement 141, 25 et 124 n'ont pas été sollicités par leur médecin pour participer à l'enquête, pour des raisons de santé principalement. Parmi les consultants sollicités, 926 patients infectés par le VIH, 779 patients porteurs d'une hépatite B, 763 patients indemnes de ces deux pathologies ont accepté de participer à l'enquête. Les caractéristiques des non-participants et des participants différaient peu dans les trois types de structure.

Afin de tenir compte du plan de sondage et de la non-participation, les données ont été pondérées en tenant compte de la probabilité d'inclusion de chaque structure de soin dans l'échantillon, du nombre de demi-journée de consultations hebdomadaires dans chaque structures inclues et de la participation individuelle à l'enquête par demi-journée de consultation inclues.

Pour tous les participants, des informations détaillées sur les caractéristiques sociodémographiques, les conditions de la migration et de la vie en France, l'histoire de vie relationnelle, sexuelle et reproductive, l'histoire du dépistage et du parcours de soin ont été collectées à l'aide d'un questionnaire biographique administré en face-à-face par un enquêteur spécialisé. Les informations cliniques étaient documentées à partir des dossiers médicaux par le personnel soignant. Les données étaient collectées de façon anonyme.

Chaque participant a reçu une indemnisation de 15€ sous forme de bon d'achat. L'enquête a reçu un avis favorable du Comité Consultatif sur le Traitement de l'Information en matière de Recherche dans le domaine de la Santé (CCTIRS) et l'autorisation de la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (CNIL).

Dates de collecte

  • - début : 30/01/2012
  • - fin : 31/05/2013

Pays

France

Couverture géographique

Ile-de-France

Unité d'analyse

Individu

Univers

Immigrés originaires d'Afrique subsaharienne âgés de 18 à 60 ans vivant en Île-de-France.

Méthode d'échantillonnage

Echantillonnage aléatoire stratifié (Trois échantillons aléatoires de personnes originaires d'Afrique subsaharienne en Île-de-France : l'un constitué de personnes infectées par le VIH, un autre constitué de personnes porteuses d'une hépatite B chronique, et un groupe de personnes n'ayant aucune de ces deux infections).

Nombre d'observations

2468

Méthode de collecte

Pour tous les participants, des informations détaillées sur les caractéristiques sociodémographiques, les conditions de la migration et de la vie en France, l'histoire de vie relationnelle, sexuelle et reproductive, l'histoire du dépistage et du parcours de soin ont été collectées à l'aide d'un questionnaire de type CAPI (base CAPI) et d'un questionnaire biographique de type « âge-évènement » (grilles biographiques) administré en face-à-face par un enquêteur spécialisé. Les informations cliniques (Questionnaire médical) étaient documentées à partir des dossiers médicaux par le personnel soignant.